A Ottignies en 2018 | 10ème
Samedi 2 juin de 15h à 21h
Dimanche 3 juin de 11h à 19h

Présentation

Il y a déjà quelque temps que ce projet un peu fou nous trottait dans la tête et finalement début 2009, nous nous sommes lancés dans l'aventure. Nous, un groupe de passionnés de vins, d'épicuriens, que la fibre environnementale et le bien boire a naturellement orienté vers les vins bio.

Pourquoi un salon du vin bio ?

Notre objectif 'non commercial' est de promouvoir une viticulture saine, de sensibiliser les consommateurs que nous sommes, à un produit alimentaire qu'on pourrait croire naturel mais sur lequel finalement nous se connaissons rien. Vous êtes-vous demandé pourquoi nous ne retrouvons pas, comme pour l'ensemble des autres produits alimentaires les 'ingrédients' et la composition du produit ?

Jean-marc Carité dans son guide 'Les bonnes adresses du vin bio 2006-2008' plaide d'ailleurs pour un étiquetage informatif (rendements, levures, chaptalisation, acidification, cahier des charges de vinification, dose de SO2 à la mise en bouteille, vendanges, produits ajoutés autorisés, ...)

Notre objectif n'est pas d'opposer deux viticultures mais de vous sensibiliser  à un autre mode cultural, respectueux de notre planète. Et pour vous en convaincre, rien ne vaut une bonne dégustation en présence de ces artisans encore peu nombreux aujourd'hui et souvent stigmatisés. Mais cela bouge dans le vignoble...même Denis Saverot de la 'Revue des Vins de France' dans son éditorial de février 2009, reprenait les propos d'Antoine Gerbelle (spécialiste des vins bio) : "...dans 30, 40 ans on ne parlera plus de 'bio', le mot fera rire, il paraîtra comme très daté."

Dans le même éditorial, Denis Saverot écrit : "La viticulture est une des activités les plus polluantes de l'agriculture moderne. En dix ans, la vigne a absorbé 1/3 des 95 000 tonnes de pesticides épandus chaque année en France".

En France, la superficie en agrobiologie progresse constamment, elle est passée de 5 000 ha en 1995 à 13 000 en 2003 et 18 000ha en 2005 avec plus ou moins 1500 exploitations (1,4%) dont 10-15% en Biodynamie.

Le travail est encore long, c'est dans ce contexte que notre démarche prend tout son sens. Le lobby de la viticulture conventionnelle soutenue par les géants de l'agrochimie est puissant. Pour s'en convaincre il suffit de voir ce qu'est devenue la directive européenne sur le SO2. Depuis 2005, les producteurs doivent mentionner 'contient' ou 'ne contient pas de sulfites' ! Autant mentionner 'contient du raisin', en effet la plupart des vins contiennent du SO2, le problème n'est pas le produit mais la dose !

A suivre...